Entreprise générale

Entreprise générale

Cela veut dire que l’entrepreneur choisi assume l’entièreté de l’exécution du chantier, des fondations au dernier élément de parachèvement et à la réception provisoire. Ce sera une « rénovation clé sur porte ». Pour ce faire, il utilisera, sans doute, ses propres équipes pour réaliser le gros œuvre, puis confiera en « sous-traitance » chaque autre étape de la construction à des artisans ou corps de métier indépendants : électricien, plombier, chauffagiste, menuisier, etc. Chacun responsable, vis-à-vis de lui, de ses propres travaux. Cet entrepreneur général reste seul responsable, vis-à-vis de vous, du travail de ses sous-traitants.

Choisir la filière « entreprise générale », c’est accepter de n’avoir aucun choix sur la désignation des entrepreneurs et sous-traitants. Mais, d’autre part, les responsabilités diverses et l’action sur les sous-traitants seront réunies en une seule main, et, si votre choix est bon, c’est très sécurisant.

Si vous avez choisi une entreprise générale du type « clé sur porte », n’acceptez pas qu’il y soit dérogé. Pour diverses raisons – dont le désir d’éluder ses responsabilités – certains promoteurs vous proposeront avant, ou parfois après la signature définitive du contrat, soi-disant pour simplifier les contacts entre les maîtres de l’ouvrage et les sous-traitants, que le maître de l’ouvrage signe un contrat séparé avec chaque entrepreneur du second œuvre.

N’acceptez jamais une telle proposition : elle dilue presque entièrement, sinon entièrement, la responsabilité du promoteur, son devoir de coordination, sa gérance des comptes et surtout son obligation de se soumettre aux dispositions de la loi Breyne. Et en cas de litige avec l’un ou l’autre corps de métier, il s’en lavera les mains.