Le calcul de la prime

Le calcul de la prime

Plusieurs éléments sont pris en compte dans le calcul du prix de l’assurance incendie, voici quelques explications.

Le prix de l’assurance incendie sera principalement déterminé par les facteurs suivants :

  • Le facteur de risque d’incendie : les habitations avec un toit en chaume ou dont les murs contiennent des matières inflammables seront soumises à un tarif plus élevé.
  • La valeur assurée : la prime d’assurance sera moins élevée pour une petite maison citadine que pour une villa quatre façades.
  • Les couvertures choisies : si vous avez opté pour une couverture vol en plus de l’assurance incendie de base, cela vous coûtera plus cher.
  • Le facteur de risque cambriolage : si vous avez souscrit la couverture vol, habiter dans un lieu isolé ou dans une grande ville influencera le prix de l’assurance. La prime pourra parfois être augmentée si l’habitation n’est pas équipée du système d’alarme et de prévention requis.
  • Le facteur de risque inondation : si votre logement est situé dans une zone considérée à risque pour les inondations, la prime en tiendra aussi compte.
  • La franchise : la franchise est le montant à votre charge en cas de sinistre.
  • Le fait que le logement soit utilisé à des fins professionnelles influence le prix de l’assurance incendie.
  • Le fait que le logement reste inoccupé pour une période de 90 à 120 jours par an (dont 60 à 90 jours consécutifs) régit la souscription de l’assurance vol.

Il existe différents moyens de déterminer le capital du bâtiment à assurer : sur base d’une expertise de celui-ci, du nombre de mètres carrés ou d’une grille d’évaluation établie par la compagnie d’assurance.

À la souscription

Au moment de souscrire le contrat d’assurance pour votre habitation, les assureurs vous proposent de compléter une grille d’évaluation afin de déterminer le montant à assurer. Ces grilles tiennent compte du nombre de pièces en combinaison avec leur surface, le degré de finition, le nombre de façades, l’année de construction, etc.

Lorsqu’elle est correctement complétée, elle permet à l’assuré d’éviter tout risque de sous-assurance. L’assureur prendra, dès lors, en charge l’entièreté du dommage, à l’exclusion de l’éventuelle franchise contractuelle qui, elle, reste à charge de l’assuré.

Ce système de grille d’évaluation est également utilisé afin de déterminer la valeur du contenu à assurer (meubles, vêtements, électroménager…).

Lorsque le risque à assurer présente des spécificités propres (exemple : la présence d’une piscine intérieure, d’un nombre de pièces important, de plusieurs logements…), la grille n’est plus applicable et l’assureur fera appel aux services d’un expert pour déterminer le montant à assurer. Les frais d’expertise sont pris en charge par l’assureur.

Au fil du temps

Si vous étiez amené à construire aujourd’hui l’habitation que vous avez acquise il y a quelques années, il est certain que le budget nécessaire dépasserait celui utilisé pour son acquisition.

Il est obligatoire de tenir compte de cette évolution afin que vous ne soyez pas lésé en cas de sinistre total. C’est la raison pour laquelle le capital assuré suit l’évolution de l’indice « ABEX » publié chaque semestre par l’Association belge des experts (www.abex.be). Cet indice est le reflet des variations du coût des constructions (prix de la main-d’œuvre, coût des matériaux…). Le recours à l’indice ABEX permet au capital assuré de varier dans le temps et ainsi de permettre à la prime d’assurance d’évoluer à chaque échéance annuelle en fonction de la modification du prix des constructions. 

En effet, en cas de sinistre total, l’indemnisation de l’assureur correspondra non pas au capital initial assuré, mais au capital nécessaire pour reconstruire un bâtiment identique à celui qui a été détruit. 

Vous avez donc la garantie d’être toujours correctement assuré.

Il est important de préciser que cette adaptation automatique du capital assuré ne tient pas compte des travaux que vous pourriez effectuer dans votre habitation. Exemples : ajout d’une véranda, aménagement de pièces supplémentaires dans le grenier… Ces travaux ont une incidence directe sur la valeur de votre habitation et le capital assuré doit être adapté en conséquence, au risque de vous trouver en situation de sous-assurance le jour où vous serez victime d’un sinistre. Vous devez communiquer à votre assureur toutes les modifications importantes apportées à votre bâtiment. À noter que l’assureur ne prend en considération la sous-assurance que si elle dépasse 10 % du capital assuré.