Les avantages du propriétaire

Les avantages du propriétaire

Le premier est sans conteste l’économie du loyer : fini d’enrichir chaque mois un inconnu. Même si je n’ai rien contre les multi propriétaires qui vous ont permis d’avoir un toit jusqu’à aujourd’hui.

Vous en conviendrez que, d’une certaine façon, et même si vous avez eu un toit, il ne vous appartiendra jamais et que c’est un peu comme jeter de l’argent par les fenêtres, alors que vous pourriez devenir propriétaire.

Bien sûr, vous devez contracter un crédit pour acheter votre bien immobilier, vous devrez payer ce crédit pour qu’il vous appartienne un jour.

Ce bien, plus tard et à tout moment, vous pourrez toujours le revendre, avec une belle plus-value. Et cela vous permettra, si vous avez envie, d’en acheter un autre, plus grand ou plus adapté à vos besoins du moment. 

Il est courant d’entendre qu’un crédit c’est dangereux, que si on ne paie pas, la banque va vendre votre maison. 

C’est vrai. Il est essentiel de vous protéger pour que cela ne vous arrive jamais. Mais si vous ne payez pas votre loyer, il est peu probable que votre propriétaire vous offre des fleurs, il vous demandera plutôt de quitter les lieux et vous réclamera des indemnités. Donc à choisir…

Alors, pourquoi hésiter.

Vous souhaitez devenir propriétaire ? N’en occultez pas, pour autant, un certain nombre de points très importants. Chacun peut être une source d’économie substantielle, ou inversement. Vous pouvez gagner et perdre sur tous les tableaux : prix du bien, financement, frais, travaux. Un achat immobilier se concrétise progressivement. Il faut du temps, et il faut être prêt au moment de prendre sa décision pour ne pas voir partir le bien qui vous intéresse dans les mains d’un autre acquéreur. 

Il arrive au courtier, de recevoir, dans son bureau, des clients qui se réveillent à 45 ans, et qui se disent qu’il est temps de devenir propriétaire. Après un rapide calcul sur le loyer qu’ils payent depuis 25 ans : loyer mensuel de 700 € x 12 mois x 25 ans, vous comprenez leur douleur quand ils réalisent avoir déboursé plus de 200 000 € à « fond perdu ».

Même s’il n’y a pas d’âge pour devenir propriétaire et que cela ne pose aucun problème de le devenir à 45 ans, il est plus que conseiller d’entreprendre les démarches le plus tôt possible dans votre vie.

Quand ? Dès que vous êtes autonome financièrement et que vous avez minimum deux ans dans la vie active et professionnelle.

Et pour vous, le plus tôt, c’est maintenant. Quel que soit votre âge, c’est tout de suite. 

Si ce couple était venu voir le courtier il y a 25 ans, il serait actuellement propriétaire et son crédit « maison » serait terminé. Pourquoi n’est-il pas venu voir le courtier plus tôt, alors qu’il avait la possibilité de faire cette formalité depuis tant d’années ?

La réponse est souvent la même : on ne savait pas, on n’était pas prêt, on reportait toujours la chose à plus tard… enfin, en gros, toujours une multitude d’excuses pas réellement plausibles.

Voici un exemple d’une situation rencontrée par un courtier : un couple de personnes âgées, qui a 90 ans et après 70 ans de mariage, se rend chez son notaire pour divorcer.

Le notaire, qui ne comprend pas pourquoi ils veulent divorcer à leur âge, après une aussi longue vie commune, les interroge : 

Mais pourquoi voulez-vous divorcer aujourd’hui après septante ans de vie commune ?

Le couple : Mais parce que l’on ne s’aime plus et l’on ne se supporte plus !

Le notaire : Mais ça fait combien de temps ?

Le couple : Mais depuis septante ans ! Et ça fait septante ans qu’on est malheureux ensemble et on n’en peut plus. Maintenant, on veut être heureux pour le peu d’années qu’ils nous restent !

Le notaire : Mais alors, pourquoi avoir attendu si longtemps pour vous séparer et ne venir me voir qu’aujourd’hui ? Pourquoi n’avez-vous pas divorcé depuis des années afin d’être heureux chacun de votre côté ? 

Le couple : on attendait que les enfants soient morts. 

Comme quoi on se trouve toujours une bonne raison pour ne pas faire les choses, aussi idiote soit-elle !

Et vous, êtes-vous comme cela, avez-vous, vous aussi, des excuses pour ne pas devenir propriétaire maintenant ? Si oui, faites-vous réellement tout pour que votre situation change, pour qu’un jour vous puissiez vous aussi devenir propriétaire ?

Selon un courtier, dans 95 % des cas, la difficulté d’accès à la propriété est plus un problème de méconnaissance du domaine que de ne pas pouvoir ou ne pas avoir la possibilité de le devenir.

Alors arrêtons tout de suite de se donner de mauvaises raisons pour ne pas le devenir. 

En résumé maintenant pour vous, la seule chose que vous devez retenir, c’est qu’être propriétaire finalement n’est qu’une suite de démarches administratives et bancaires qui vous permettent d’accéder à la propriété et de vous libérer à terme d’un loyer. Il ne faut s’inventer aucune raison pour ne pas franchir le pas, et il faut aller de l’avant !

Le second point, dans le choix de la propriété, réside dans le pouvoir décisionnel : le jour où vous êtes propriétaire, c’est vous qui décidez désormais des changements liés à votre logement. Vous n’êtes plus tributaire de l’accord de votre propriétaire, vous pouvez choisir, entre autres, la couleur des peintures, la déco de la salle de bain et les carrelages de la cuisine.

Il est évident que la possession de son logement permet d’entrevoir la vie plus sereinement, vous avez les mains libres pour réaliser vos projets.

Autre avantage, et non des moindres, en tant que propriétaire : vous pouvez déduire de votre revenu fiscal le coût de certains travaux ou obtenir un crédit d’impôt. C’est le cas, par exemple, des dépenses d’économies d’énergies (isolation, panneaux solaires, chaudière…). Des aides sont également concédées aux propriétaires réalisant des travaux d’agrandissement ou d’amélioration du logement (subventions de l’ANAH).

Si vous achetez un appartement, vous pourrez également partager les frais des parties communes (façade, toiture…) avec les autres propriétaires de l’immeuble. 

Dernier point intéressant, il est probable que vous aurez terminé le remboursement de votre crédit immobilier à la retraite, moment où vos revenus chuteront brutalement, et où il n’y aura peut-être même plus aucune pension. Ce sera sûrement très appréciable de vous décharger, à cette période-là, d’une lourde dépense que sont les frais de logement.

L’acquisition d’un bien immobilier (maison, appartement, bâtiment) fait partie de vos projets ? C’est sans aucun doute l’une des décisions des plus importantes de votre vie.

Alors, par quel bout commencer ?

Pour démarrer, on commence par examiner les petites annonces « papier » ou « Internet » afin de se faire une idée des prix. Viennent ensuite tout naturellement les visites, et il faut en faire beaucoup pour cerner le marché avec précision. 

Il est important de bien se documenter sur ce qui vous est proposé : données cadastrales, dernier précompte immobilier, écoles aux environs, réseau de communications, frais de chauffage annuels, données concernant l’isolation et le vitrage, y a-t-il l’électricité, le gaz, le téléphone, la télédistribution ?… 

Au premier abord, quoi de plus simple que d’acheter ou de construire un bien immobilier ? Après quelques déceptions, on déniche l’habitation rêvée ! Tout s’enchaîne, il faut faire vite : compromis de vente, acte devant le notaire dans les quatre mois, et on est propriétaire.

Et pourtant, de multiples problèmes peuvent surgir. Notre but, ici, n’est pas de vous effrayer, au contraire,on veut vous aider à bien vous préparer afin d’éviter les déceptions et les tracas inutiles. Les problèmes rencontrés peuvent être de tout ordre : juridiques, fiscaux, comptables, familiaux, sociaux, culturels et administratifs.  

Le secteur immobilier est un domaine dont les ramifications s’étendent et se répandent comme les tentacules d’une pieuvre, dans tous les sens. Il aborde des matières aussi diverses que l’urbanisme et l’aménagement du territoire jusqu’au code du logement, en passant par la législation fiscale, les primes, les prêts, les successions, les régimes matrimoniaux, la technique du bâtiment et bien d’autres encore. En espérant que vous ne verrez pas l’immobilier comme la pieuvre géante « Ursula » de Walt Disney, et que vous ne ferez pas des cauchemars les prochaines nuits, mais que vous comprendrez qu’être propriétaire ne consiste pas juste à un acte d’achat d’un bien et que cela ne s’arrête pas là.

D’où l’utilité de se renseigner sur tous les aspects que présente l’opération et de prendre toutes les précautions nécessaires afin d’éviter les surprises désagréables, même si dans la plupart des cas, l’achat se fait de manière naturelle et sans trop de soucis. Il faut juste être attentif à ne pas s’embarquer dans une situation qui pourrait devenir très compliquée par la suite.

La complexité du domaine engendre malheureusement une certaine difficulté à réunir les informations ou à répondre aux questions que l’on se pose en immobilier et à la manière de financer un bien. 

Car là encore, les formules sont nombreuses et il n’est pas facile de faire la part des choses entre les différentes solutions que l’on vous propose. Il est préférable d’en parler à plusieurs personnes. Vous avez certainement, autour de vous, des amis ou de la famille qui peuvent vous raconter leur expérience. Ensuite, contactez un professionnel : si vous êtes bien conseillé, cela se déroulera sans encombre.