Les réunions de chantier

Les réunions de chantier

Elles sont tout à fait indispensables, non seulement pour constater l’état d’avancement des travaux, mais également pour régler tous les petits problèmes que la vie de chantier entraîne irrémédiablement, quelle que soit la qualité des études préalables : plan, cahier des charges et autres documents d’entreprise.

Cette vie de chantier doit être consignée dans des procès-verbaux, qui sont indispensables et précieux à la fin des travaux, par exemple lors de l’établissement des décomptes ainsi qu’en cas de litiges. Les réunions règlent aussi la coordination entre les divers corps de métier. Enfin, elles créent souvent des liens, sinon d’amitié, du moins de respect entre les intervenants. Ces nouvelles relations seront parfois utiles pour clôturer le chantier.

Ainsi, de semaine en semaine, votre chantier avance, pas toujours aussi vite que vous ne le voudriez.

Le gros-œuvre se termine. On pose la première brique, la plus élevée du bâtiment.

Cela se fête, ou plutôt cela se fêtait. Car cette tradition se perd de plus en plus. 

À cette occasion, on fixait à la cheminée, le point le plus haut de la maison, une branche d’arbre feuillue : « le bouquet ». C’était l’occasion d’une petite fête rassemblant les maîtres de l’ouvrage, l’entrepreneur, les ouvriers du gros-œuvre. On y buvait ensemble le verre de l’amitié et c’était l’occasion pour le maître de l’ouvrage de donner au chef de chantier un petit « pourboire » à partager avec ses hommes. Le geste importait plus que le montant.

Les entrepreneurs du second œuvre vont ainsi entamer leurs travaux, dont la coordination est souvent difficile, et leur présence sur le chantier est susceptible de provoquer des heurts.

Ne cherchez pas à gérer ces situations : c’est le rôle de votre architecte, de votre entrepreneur d’entreprise générale ou de votre promoteur.

Au cours du chantier, ne vous contentez pas de remarques verbales dès que vous constatez un problème, même s’il vous semble insignifiant. Faites immédiatement consigner vos commentaires dans le rapport de visite hebdomadaire du chantier : il sert à cela. Faites aussi consigner la manière par laquelle l’entrepreneur pourra intervenir.

S’il le faut, n’hésitez pas à écrire à votre architecte ou à votre entrepreneur, et par recommandé si le sujet vous semble important.

N’acceptez pas, non plus, que l’un ou l’autre reporte la solution ou l’exécution de celle-ci à la fin du chantier. Vous risquez d’attendre jusqu’à la réception provisoire, où vous risquez de vous retrouver en porte-à-faux, quelle que soit la justesse de vos remarques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *