Les réunions de chantier

Les réunions de chantier

Elles sont tout à fait indispensables, non seulement pour constater l’état d’avancement des travaux, mais également pour régler tous les petits problèmes qu’irrémédiablement la vie de chantier entraîne, quelle que soit la qualité des études préalables : plan, cahier des charges et autres documents d’entreprise.

Cette « vie de chantier » doit être consignée et reflétée par autant de procès-verbaux, qui sont indispensables et précieux en fin de chantier, par exemple lors de l’établissement des décomptes ainsi qu’en cas de litiges.

Ils règlent aussi la coordination entre les divers corps de métier.

Enfin, et ce n’est pas négligeable, ils créent souvent des liens, sinon d’amitié au moins de respect entre intervenants. Ces liens seront parfois utiles pour clôturer en fin de chantier.

Parfois, il y a des pleurs et des grincements de dents. C’est souvent long un chantier et parfois les choses s’enveniment pour des petits riens.

Garder son calme, maîtriser ses paroles et son attitude est une règle d’or.

Trop de fins de chantier ont été heurtées parfois pour des broutilles.

Ainsi, de semaine en semaine, votre chantier avance, pas toujours aussi vite que vous le voudriez.

Les entrepreneurs du second œuvre vont ainsi entamer leurs travaux dont la coordination est souvent difficile, et leur présence ensemble au chantier est susceptible de provoquer des heurts.

Ne cherchez pas à gérer ces situations : c’est le rôle de votre architecte, de votre entrepreneur d’entreprise générale ou de votre promoteur.

Au cours du chantier, ne vous contentez pas de remarques verbales dès que vous constatez quelque chose qui cloche, même si cela vous semble de peu d’importance. Faites immédiatement consigner vos remarques dans le rapport de visite hebdomadaire du chantier : il sert à cela. Pour éviter toute confusion, faites-les rédiger par votre architecte.

Faites aussi consigner ce que fera l’entrepreneur pour corriger « ce qui cloche ».

S’il le faut, n’hésitez pas à écrire à votre architecte ou à votre entrepreneur, et par recommandé, si le sujet vous semble important.

N’acceptez pas, non plus, que l’un ou l’autre reporte la solution ou l’exécution de la solution à la fin du chantier. Ils risquent de vous faire lanterner jusqu’à la réception provisoire, où vous risquez de vous retrouver en porte-à-faux quelle que soit la justesse de vos remarques.