Reprise d’encours

Reprise d'encours

Ce système permet également au débiteur de réutiliser les sommes qu’il a déjà remboursées. Par exemple, un propriétaire doit, après quelques années, remplacer le toit et la cuisine de sa maison. S’il a obtenu un crédit de 200 000 €, et s’il a déjà remboursé 100 000 € en capital, il peut toujours demander à l’institution financière de récupérer une partie ou la totalité de ce montant.
La garantie hypothécaire donnée au départ étant restée la même, la banque pourra remettre le capital à disposition. Bien entendu, le taux d’intérêt sera celui qui sera en vigueur au moment du nouveau prélèvement. Il suffira de signer une nouvelle convention annexe pour le montant réemprunté, mais sans devoir signer un nouvel acte d’affectation hypothécaire.
L’emprunteur ne devra pas supporter les frais d’un nouvel acte, puisque c’est toujours le même crédit qui est à sa disposition. Ce système peut s’avérer extrêmement intéressant pour le débiteur qui saura tirer parti des avantages qu’il procure. Il faudra cependant être attentif aux dangers cachés de cette formule.
En résumé, la banque vous prête une somme pour une certaine durée, avec un certain type de taux et en définissant l’amortissement de ce crédit qui y est lié. Mais, à tout moment, vous pouvez changer de formule, de durée, de type de taux ou même reprendre une partie du capital sans devoir repasser devant votre notaire.
Si l’on peut éviter un acte, c’est appréciable, car une visite, chez lui, c’est cher, surtout quand on sait qu’au final, l’argent va dans la caisse de l’État !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *