Visitez sans vous presser

Visitez sans vous presser

Vous allez probablement être reçu et « piloté » par un agent immobilier, dont la vente est le métier et à qui, généralement, le propriétaire a consenti l’exclusivité de la vente. Il connaît la psychologie des éventuels acheteurs. Il sait que vous arrivez avec une dose plus ou moins importante de scepticisme. Petit à petit, il va essayer d’éveiller votre intérêt. Et il sait y faire ! Cependant il faut l’écouter car il ne peut pas tenir de propos malhonnêtes ou mensongers, d’autant que tout propos de cet ordre peut faire échouer la vente ou contribuer même à sa résiliation.

Bien entendu, il va insister sur les aspects positifs du bien, et minimiser ceux qui le sont moins.

Ayez l’œil. Arrivez un peu en avance au rendez-vous et imprégnez-vous du quartier. 

Évaluez ses commodités par rapport aux transports. Une station de métro, de tramway ou une gare, est-elle réellement à proximité ? 

Les écoles, les équipements, les commerces sont-ils présents ? Autant d’éléments que vous pouvez vérifier en discutant avec les commerçants du quartier, un voisin… Dans l’appartement ou la maison, ne vous fiez pas aux apparences, inspectez tout du sol au plafond, y compris les dépendances (parking, cave). Vérifiez l’état du bien : dressez une liste sur l’état général de l’habitation avant de l’acheter : l’âge de la chaudière, l’état des sanitaires, informez-vous sur les matériaux utilisés et la performance énergétique, exigez le CPE (certificat de performance énergétique), demandez un plan détaillé du bien, etc. 

Ça peut faire penser au film des années soixante-dix « Nous irons tous au paradis », la suite d’« Un éléphant, ça trompe énormément », avec Jean Rochefort, Guy Bedos, Claude Brasseur…

L’histoire raconte qu’Étienne et ses amis font l’acquisition d’une maison à la campagne vendue à un prix défiant toute concurrence… laquelle se trouve être, en fin de compte, en bout de piste d’un grand aéroport. Étienne & Co l’ont achetée pendant une grève des transports aériens… Le premier réveil des nouveaux propriétaires est agité et bruyant !! On les voit d’ailleurs, dans ce film, jouer au tennis avec des casques antibruit, et prendre le petit déjeuner dans la maison qui tremble à chaque décollage et atterrissage d’un avion. 

Même si ce cas est improbable, cette pure fiction démontre toutefois à quel point il est utile de récolter un maximum d’informations afin d’éviter de très désagréables surprises.

Demandez conseil à un ami, à la famille ou visitez le bien avec un spécialiste afin d’obtenir une estimation de sa valeur et des éventuels travaux. 

Documentez-vous également sur les charges et problèmes éventuels existants : quels sont les montants des charges « fluides et énergies » : eau, gaz, électricité, chauffage, ainsi que celui du revenu cadastral et du précompte immobilier.

S’il s’agit d’un appartement, informez-vous sur les frais « communs ». Demandez le procès-verbal des dernières assemblées générales pour prendre connaissance des problèmes existants, des travaux prévus et obtenir les coordonnées du syndic de la copropriété.

Renseignez-vous auprès de l’administration communale (service Urbanisme – architecte communale) au sujet des plans d’aménagements locaux (PPAS ou autres) et sur les travaux de voiries ou d’infrastructures en cours ou à venir (expropriation potentielle). Ou encore, vérifiez auprès du cadastre et du greffe des tribunaux si la maison ne fait pas l’objet de procédures juridiques en cours. 

Discutez avec les voisins, vous ferez connaissance, et ils peuvent être source d’information utile sur le bien afin de mieux négocier celui-ci.

De plus, qui sait ? Ils deviendront vos meilleurs amis ou peut-être vos pires ennemis… donc autant savoir à qui on a affaire… non?

Car, un bien, ce n’est pas que des briques, une cuisine et une salle de bain… C’est aussi un environnement et des gens qui y vivent. Un quartier, une ambiance, une collectivité et un cadre de vie… Alors, fermez les yeux et imaginez que vous y êtes déjà, que vous y habitez et projetez-vous dans l’avenir. Est-ce que cela vous convient ?

Exploitez toutes les sources d’information à votre disposition et croisez-les, posez des questions. C’est la seule façon de vous forger une opinion correcte. Enfilez l’habit du parfait « détective immobilier » et endossez le costume de Sherlock Holmes, mais sans la pipe et le chapeau de peur de ne pas être pris au sérieux. 

Informez-vous encore sur la raison de la vente : essayez de savoir pourquoi et depuis combien de temps le bien est mis en vente, combien de temps les propriétaires précédents ont occupé le bien, etc. 

Demandez également quand l’habitation sera disponible, si le bien est actuellement en location. Assurez-vous qu’il sera bien libre le jour de la signature de l’acte. 

Documentez-vous sur les avantages financiers, notamment sur les possibilités de réduction des droits d’enregistrement.

Vous gagnerez beaucoup de temps par la suite, vous aurez tous les arguments en main pour acheter en parfaite connaissance de cause et pour faire une bonne négociation.